La machine à zamac


La cave était un endroit stratégique pour la fabrication avec son balancier de 12 tonnes et aussi avec l’acquisition d’un compresseur. Celui-ci était très imposant, il était bleu. Sur la grosse cuve étaient placés les moteurs avec de grosses courroies.

Il devait dans un premier temps servir à faire la peinture au pistolet de tous les trains, et sa puissance était telle qu’il devait permettre l’utilisation d’une machine à mouler le zamac sous pression...

Je ne m’en rappelle pas trop dans le détail comment cette machine était constituée, mais je sais simplement qu’elle permettait d’éviter la sous traitance de toutes les pièces réalisées dans cette matière. Il s’agissait des caisses de CC, de BB 9004, de E 241 R, du petit tracteur, enfin de beaucoup de pièces...

Le moule correspondant à chaque pièce était positionné sur la machine, le zamac était chauffé à 400 º C, et injecté sous haute pression dans celui-ci. Après refroidissement, chaque pièce était retirée du moule, pour pouvoir recommencer l’opération.

L’utilisation de cette machine avait l’avantage de rendre complètement autonome la fabrication et de fournir au mieux selon les commandes, sans être dépandant de sous-traitant.

Un jour, pendant une phase de moulage de petit tracteur, le moule fut mal refermé, et une giclée de zamac à 400 º C sous pression traversa la cave pour se fracasser contre le mur... et frolla la tête de mon père ! Heureusement, celui-ci en fut quitte pour de la peur, mais quand il raconta cette aventure à ma mère, celle-ci ne trouva pas ça très drôle, et interdit à mon père de se servir de cette machine... La prudence fut juste cause et très rapidement la machine fut vendue et les moules de retrouver leur sous-traitant !

Accueil Sommaire