Mon père était dans la résistance


Quelques temps avant la fin de la guerre et après la Libération, mon père, pour gagner sa vie, eu l’idée de vendre des chauffages électriques avec des résistances qu’il fabriquait lui même avec du fil d’aluminium, car le fil de cuivre était pratiquement impossible à trouver.

Sa méthode n’était pas très honnète, mais néanmois sympathique et de surcroit efficace :

avec son beau-frère Guy, ils faisaient du porte à porte, mais avant d’aller frapper chez les gens, ils vérifiaient la taille des fusibles qui se trouvaient à l’époque dans les cages d’escalier des immeubles. Si la taille du fusible était trop faible pour supporter la puissance de leur appareil de chauffage, ils le remplaçaient par un suffisamment costaud...

Ce faisant, ils pouvaient sans problème, aller sonner aux portes... et quand bien sûr les gens disaient que leur compteur n’allait pas supporter leur appareil, nos compères rétorquaient qu’il n’y aurait pas de problème et que d’ailleurs ils pouvaient l’essayer sur le champ...

Cela marchait souvent et à la guerre comme à la guerre ils purent subvenir à leur besoins !

Accueil Sommaire