Le pantographe


Quand le petit deviendra grand !

En faisant les plans pour réaliser les pantographes pour ses locomotives électriques, mon père du se pencher sur les plans des vrais, fabriqués par la société Faivelay.

Faire en miniature n’est jamais chose facile surtout quand on veut que cela soit le plus réaliste possible mais aussi, solide, et facile à fabriquer. C’est pourquoi, il a du analyser avec précision le principe de fonctionnement de ces bras oscillants tel un losange...

Et de l’action nait la réaction ! Il venait d’avoir l’idée de pouvoir faire un tel appareil répondant aux mêmes caractéristiques techniques souhaitées en n’utilisant que la moitié du losange... d’où une économie appréciable pour le fabricant tant de matière que de temps de fabrication.

Il s’empressa de vérifier sa théorie, et sûr de son fait, il dépôsa un brevet à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) concernant la réalisation d’un pantographe “unijambiste”... Ceci ne l’empêcha pas néanmoins de réaliser correctement des pantographes “normaux” pour ses locomotives !

Fort de son brevet dépôsé, il s’empressa de contacter la société Faivelay pour leur présenter son idée... Cette société fut en effet très interressée de la chose, mais ne fut pas du tout convaincu, tout du moins en apparence, à modifier ses chaines de fabriquation pour produire ce nouveau produit à l’usage de pratiquement toutes les locomotives du monde entier...

Sans prendre garde, il cessa de payer les annuités de son brevet... et c’est ainsi que quelques années plus tard, les pantographes “unijambiste” furent fabriqués et installés sur les nouvelles locomotives... sans que mon père ne reçu aucune indemnité ni droit...

Il s’empressa néanmoins de recontacter cette société, qui reconnu bien que l’invention venait de lui, mais comme il n’avait plus payer ses annuités, l’invention tombait de fait dans le dommaine public... Très “faire play”, la société dédommagea un peu mon père, et il reparti avec un petit chèque !

Cette histoire lui servi de leçon... et par la suite quand il déposa un brevet, il continua de payer ses annuités pour se protéger au maximum !

Accueil Sommaire